Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Comment le plaisir peut être un allié face au vaginisme : 5 raisons

Le plaisir, ce doux sentiment d’euphorie, d’abandon, de connexion profonde à soi-même et à l’autre, est l’une des expériences les plus enrichissantes et transformatrices de la vie humaine. Il transcende les limites, nourrit l’esprit et apporte une profondeur inégalée à nos expériences. Cependant, pour certaines femmes souffrant de vaginisme, la notion même de plaisir peut sembler hors de portée, voire même interdite. Le vaginisme, avec la douleur et l’inconfort qu’il peut engendrer, peut souvent faire croire à ces femmes qu’elles ne méritent pas, ou ne sont pas en mesure de ressentir du plaisir.

 

Pourtant, je tiens à démentir ce mythe. Dans mon programme d’accompagnement, j’incite fortement les femmes à poursuivre une vie sexuelle épanouissante, à découvrir et à embrasser le plaisir avec leur conjoint, malgré leur vaginisme. Car oui, le vaginisme est un défi, mais il ne devrait en aucun cas être une barrière au plaisir. En réalité, en aucun cas, ton vaginisme ne doit t’empêcher d’avoir une sexualité épanouissante et de ressentir les merveilles du plaisir qui en découlent.

 

Pour en savoir plus et avoir des clés concrètes pour avoir une sexualité épanouie pendant ton parcours de guérison, je t’invite à aller consulter cet article. 

 

Dans cet article, nous allons explorer ensemble quatre raisons impératives pour lesquelles chaque femme, même celles souffrant de vaginisme, mérite non seulement de ressentir du plaisir, mais doit aussi activement le rechercher et l’embrasser dans sa vie.

 

Raison 1 : Augmentation de la confiance en soi

Le plaisir sexuel est une expérience fondamentalement humaine, intimement liée à notre identité et à notre estime de soi. Pour une femme souffrant de vaginisme, le simple fait de rencontrer des défis dans sa vie intime peut éroder sa confiance en elle, la conduisant parfois à se sentir « moins que » ou à douter de sa féminité.

 

Néanmoins, ressentir du plaisir, même en dehors de la pénétration, est un moyen puissant de réaffirmer sa valeur, sa validité et son droit intrinsèque à l’épanouissement. C’est une occasion de se rappeler que le vaginisme n’est qu’une partie de son expérience globale et qu’elle mérite d’éprouver le bonheur et la satisfaction autant que quiconque.

 

Ressentir du plaisir peut donc être considéré comme un acte de rébellion contre les sentiments d’infériorité ou d’inadéquation. Chaque moment de plaisir devient une célébration du soi, une affirmation que malgré les défis du vaginisme, la femme est toujours maîtresse de son corps, de ses sensations et de son bien-être. Dans cette optique, chercher et éprouver du plaisir devient un élément essentiel de la reconstruction de l’estime de soi et de la redéfinition de sa relation avec son corps.

Raison 2 : Créer et renforcer l'intimité avec ton partenaire

La sexualité n’est pas seulement un acte physique ; elle est également profondément émotionnelle et spirituelle. Lorsqu’une femme souffre de vaginisme, il peut être facile de tomber dans le piège de la distance émotionnelle avec son partenaire, car elle pourrait craindre la déception, le jugement ou l’incompréhension. Cependant, ressentir du plaisir, même en dehors de la pénétration traditionnelle, peut aider à combler ce fossé.

 

En explorant ensemble de nouvelles formes de plaisir et en communiquant ouvertement sur ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, le couple peut en réalité renforcer son lien. Cette exploration mutuelle peut amener à une meilleure compréhension, une plus grande intimité et une complicité renforcée. En fait, surmonter les défis du vaginisme ensemble, en continuant à chercher activement du plaisir, peut renforcer le niveau de confiance et d’unité au sein du couple.

 

Aussi, cela rappelle un point crucial : la sexualité n’est pas limitée à un acte ou à une fonction spécifique. Elle est diverse, évolutive et peut être personnalisée selon les besoins et les désirs de chacun. Ainsi, en se concentrant sur le plaisir et non sur la limitation, on reconnaît la richesse de l’expérience sexuelle et l’on priorise la connexion émotionnelle, souvent plus significative que l’acte en lui-même.

 

Raison 3 : Se détourner de la douleur

Le vaginisme, par sa nature même, place souvent la douleur et l’inconfort au centre de l’expérience sexuelle d’une femme. Cette focalisation peut, avec le temps, créer une association négative avec la sexualité en général, conduisant à une anticipation anxieuse et à une évitement des contacts intimes. Pourtant, le plaisir ne se limite pas à une seule forme d’activité ou de stimulation.

En explorant activement et consciemment des activités qui procurent du plaisir sans douleur, on peut commencer à déconstruire cette association négative. Cela peut être aussi simple que de découvrir des formes de toucher qui sont agréables, ou d’explorer d’autres types de stimulations érotiques qui ne sont pas centrées sur la pénétration. Cela peut également inclure des activités sensuelles non spécifiquement sexuelles, comme des massages ou des bains chauds partagés.

Le détournement de l’accent de la douleur vers le plaisir peut transformer la façon dont une femme perçoit sa propre sexualité. Cela peut l’aider à se rappeler que la sexualité est vaste et diversifiée, et que le plaisir peut être trouvé de bien des façons, indépendamment des défis posés par le vaginisme. De plus, en réorientant l’expérience vers le positif, cela peut réduire progressivement l’anxiété entourant les rapports sexuels, créant un environnement où le corps peut commencer à se détendre et à guérir.

 

Raison 4 : Promotion de la guérison émotionnelle

La douleur, surtout lorsqu’elle est récurrente, peut laisser des cicatrices émotionnelles profondes, bien au-delà des manifestations physiques. Le vaginisme, en particulier, peut conduire à des sentiments d’insuffisance, de honte ou de frustration, ce qui peut avoir des effets dévastateurs sur l’estime de soi d’une femme. C’est là que le plaisir entre en scène en tant qu’outil thérapeutique essentiel.

 

Le plaisir n’est pas simplement une sensation physique agréable; c’est une expérience émotionnelle et psychologique profonde qui peut avoir un impact réparateur sur l’esprit. Éprouver du plaisir, surtout dans un contexte où la douleur a été si présente, peut agir comme une bouffée d’oxygène pour l’esprit. Il peut aider à libérer des tensions émotionnelles, renforçant ainsi le sentiment de bien-être général.

 

De plus, le plaisir favorise la libération d’hormones comme l’ocytocine, souvent appelée l’hormone du « câlin », qui peut favoriser la relaxation, réduire le stress et améliorer le sentiment de connexion avec son partenaire. Ce cocktail d’hormones bienfaisantes peut, à son tour, contribuer au processus global de guérison du vaginisme.

 

Il est essentiel de comprendre que la guérison n’est pas simplement un voyage physique, mais également émotionnel. En permettant à soi-même d’éprouver du plaisir, on offre un espace de guérison émotionnelle, créant ainsi une fondation solide pour le processus global de guérison.

Raison 5 : S'explorer et se découvrir davantage

Prendre du plaisir, que ce soit en solitaire ou avec un partenaire, n’est pas seulement un droit naturel, c’est également un voyage d’auto-découverte. Loin de toute honte ou gêne, cette exploration est cruciale pour tisser un lien intime avec toi-même.

 

Ce voyage te permettra de :

  • Mieux comprendre ton propre corps, déceler ses désirs et ses limites.
  • Identifier et chérir tes zones érogènes, qui sont des trésors cachés de sensations.
  • Renouer avec ta féminité profonde, te permettant d’éprouver une confiance et une assurance renouvelées.
  • Reconnaître ce qui te comble réellement, te donnant ainsi les outils pour guider ton partenaire vers une intimité partagée plus riche.

 

Ainsi, tu réaliseras l’importance vitale du plaisir dans ta vie sexuelle, non seulement comme source de jouissance, mais aussi comme moyen d’affirmation et de connaissance de soi.

Pour une guérison définitive du vaginisme, la prise en charge doit être holistique. En effet, le psychologique fonctionne en corrélation avec le physique. Il est donc primordial de travailler ces deux aspects en même temps.
Si tu souhaites rejoindre « Je guéris du vaginisme® », réserve ton RDV de pré-inscription au programme en remplissant ce formulaire et Mame va rentrer en contact avec toi si sa méthode d’accompagnement en guérison du vaginisme est adaptée à ta situation. Réserve ton RDV en cliquant ici !

 

J’espère que cet article t’aura apporté des conseils concrets afin de t’aider au mieux dans ta guérison du vaginisme.

 

N’hésite pas à me suivre sur mon nouveau compte Instagram, dédié exclusivement au vaginisme : @jeguerisduvaginisme

Si tu souhaites commander mon livre « Je guéris du vaginisme, c’est parti ! », je t’invite à cliquer ici

Bénéficie de 20% de réduction sur les dilatateurs Velvi avec le code CBOKG en cliquant ici.

Si tu souhaites en savoir plus son programme et guérir dans les trois prochains mois, clique ici.

Tu as aimé cet article ?

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

Écrire un commentaire

Comments

Trackbacks & Pingbacks

  1. […] général) est important et plus particulièrement si tu souffres de vaginisme, je t’invite à cliquer ici  et […]
  2. […] Si tu souhaites découvrir pourquoi le plaisir est important, notamment si tu souffres de vaginisme, je t’invite à cliquer ici. […]

Laisser un commentaire

Inscris-toi à la visioconférence gratuite
Comment se libérer du vaginisme en moins de 3 mois ?

Si tu veux te sentir soutenue, boostée et reprendre confiance en ta capacité à te libérer du vaginisme, ne manque pas cette conférence de Mame, créatrice de la méthode “ Je guéris du vaginisme® “