Vaginisme : Quelles solutions pour en guérir?

Rien n’arrive au hasard.

Si vous êtes tombées sur cet article, c’est que vous souffrez sûrement de vaginisme et que vous vous voulez savoir comment le soigner.

Tout d’abord, je tiens à vous rassurer sur un point : Le vaginisme se guérit bien. 

J’ai moi-même souffert de vaginisme par le passé et je sais à quel point c’est difficile à vivre. Le déni, l’incompréhension, la colère, la tristesse…sont sûrement des émotions que vous avez déjà ressenti. Les contractions involontaires et la douleur sont tellement insupportables qu’on se demande si on va vraiment s’en sortir. 

C’est tout à fait normal. 

Dans les prochaines lignes je vais premièrement vous parler des solutions qui ne fonctionnent pas. Ensuite je vous parlerai des solutions efficaces pour guérir du vaginisme.

1. Les solutions qui ne fonctionnent pas pour guérir du vaginisme

1. Existe-t-il un traitement pour guérir du vaginisme?

Lorsqu’on souffre de quelque chose, la première chose qu’on peut se demander c’est s’il existe un traitement pour en guérir.

En ce qui concerne le vaginisme, c’est totalement légitime. La pénétration est problématique et en plus on ressent de fortes douleurs. Mais je me dois de vous dire la vérité pour ne pas vous faire perdre de temps. Non, il n’existe pas de traitement pour guérir du vaginisme. Peut-être que des spécialistes vous ont recommandé des crèmes anesthésiantes, de la chirurgie, des comprimés pour la douleur mais je suis au regret de vous annoncer que ça ne fonctionne pas pour guérir du vaginisme.

Le vaginisme n’est pas une maladie qui se soigne à coup de comprimés, crèmes et coups de bistouri. C’est un trouble sexuel qui se guérit à l’aide de solutions concrètes et d’un réel suivi par un professionnel.

Dans les prochaines lignes je vais vous donner des solutions qui vont permettront d’amorcer sa guérison.

Beaucoup de spécialistes recommandent à leurs patientes qui souffrent de vaginisme des traitements médicamenteux, des crèmes anesthésiantes ou de la chirurgie.

2. Comment entamer sa guérison?

Le vaginisme étant un trouble majoritairement d’origine psychologique (dans 90% des cas), effectuer un profond travail psychologique est une étape primordiale pour guérir.

La première solution est toute simple (mais indispensable) et elle consiste à croire en sa guérison à 100%.

Croire à 100% en sa guérison

Pour guérir du vaginisme,  il faut que vous ayez foi à 100% en votre guérison.

Logique non? Vous me direz.

Et je vous comprend tout à fait. Ça peut sembler simple, dit comme ça, mais croire en sa guérison vous permettra d’avoir un état d’esprit positif. 

Qui dit état d’esprit positif, dit forcément actions, donc guérison.  

J’ai été vaginique moi-même par le passé et je sais à quel point ça peut être compliqué d’être optimiste par rapport à sa guérison. Il n’est pas rare d’être pessimiste et de croire que la guérison est totalement illusoire. 

Je ne guérirai jamais

Je suis condamnée à souffrir toute ma vie

Je n’y peux rien, c’est comme ça

Ce sont des phrases que j’ai eu à prononcer, et je suis persuadée que vous aussi….

Au fur et à mesure que j’avais des rapports avec mon ex-copain de l’époque, la douleur était de plus en plus insupportable et mon vagin se contractait de plus en plus. Je croyais que ma souffrance serait éternelle. Mais un jour j’en ai eu marre et j’ai commencé à effectuer des recherches sur Internet. En amont, j’avais aussi consulté une sage-femme, un hypnothérapeute et un psychologue qui m’avaient beaucoup aidé mais je n’étais pas guérie pour autant. En poursuivant mes recherches, je suis tombée sur le programme Je guéris du vaginisme ® de Mame Ndanty Badiane. Au départ, j’étais un peu dubitative mais en allant sur sa chaîne YouTube, j’ai repris espoir. C’est à partir de ce moment-là que j’ai eu la conviction que j’allais guérir. 

Moi qui suis de nature plutôt pessimiste, j’avais vraiment foi en ma guérison. Je ne cessais de me répéter cette phrase “Je ne sais pas combien de temps ça prendra mais je sais que je vais guérir du vaginisme”

Cette conviction ne m’a jamais quitté. Bien sûr, il ne suffit pas juste de croire en sa guérison et de ne rien faire par la suite. Il faut également se faire la promesse qu’on va guérir. 

En d’autres termes, il faut s’engager à guérir. 

 

Il est important d'être optimiste par rapport à sa guérison même si ce n'est pas anodin.
S’engager pour sa guérison

Pour guérir du vaginisme, il est important de s’engager par rapport à sa guérison.

Pour vous donner des exemples, s’engager à ne plus fumer ou faire un régime ne sont pas des engagements qui sont simples à tenir. Mais si la personne qui souhaite changer sa vie s’y tient fermement, ses objectifs pourront tout à fait être atteints. 

Dans le cadre de la guérison du vaginisme, pour s’engager, il y a un exercice préconisé par le programme très efficace et très simple : l’écriture d’une lettre d’engagement.

Une lettre d’engagement? C’est quoi? À quoi ça sert?

Dans cette lettre, vous allez tout simplement faire comme si vous signiez un contrat, mais un contrat envers vous-même. Cette lettre, ce sera votre rappel constant pour guérir. 

Vous pouvez commencer cette lettre par “À partir d’aujourd’hui (vous insérez la date de la rédaction de la lettre) je m’engage à prendre ma guérison en main” 

Et vous continuez dans la même dynamique.

Ce que vous pouvez également faire c’est y intégrer une date butoir.

“Je m’engage à guérir du vaginisme avant telle date”

Peut-être que le fait de mettre une date butoir peut vous mettre la pression. Mais je pense que cette date butoir peut vous motiver encore plus à guérir. Vous pouvez choisir n’importe quelle date symbolique pour vous, ou pas. 

Pour ma part, j’avais rejoint le programme de guérison le 15 septembre 2019 et je m’étais fixée comme date butoir de guérison le 27 décembre 2019 (date symbolique pour moi car date d’officialisation avec mon ex-copain de l’époque 1 an auparavant). 

Non seulement j’étais parvenue à guérir mais j’avais guéri bien avant la date butoir (fin octobre/début novembre). 

Lorsque vous vous serez totalement engagés pour votre guérison, le travail “profond” de guérison pourra alors commencer.

Faire une lettre d'engagement permet d'ancrer son engagement dans son esprit.
3. Les solutions concrètes pour guérir
 
Travailler sur la vision que vous avez de votre sexe et de la sexualité en général 

Une solution efficace pour guérir du vaginisme est de prendre conscience de la vision que vous avez de votre corps et de votre sexe.

La plupart des femmes qui souffrent de vaginisme (et c’est peut-être votre cas) ont une vision totalement eronnée de leur sexe. Elles s’imaginent leur vagin comme un “trou noir”, un “vide”, un “trou étroit” une cavité “fermée”

Quand j’étais vaginique, je m’imaginais moi-même mon vagin comme un trou très étroit par lequel rien ne peut entrer. La pénétration était très douloureuse et je pensais que c’est parce que j’avais un vagin trop petit. Mais en regardant des schémas de l’appareil reproducteur féminin, en faisant des recherches approfondies sur l’anatomie féminine, j’ai pris conscience que mon vagin n’était pas le trou très étroit que je m’imaginais.

Il est également très important de prendre conscience des croyances, pensées que vous avez par rapport à la sexualité. Peut-être que vous pensez que ces croyances viennent de vous alors qu’elles viennent souvent de l’éducation que vous avez reçu ou des personnes de votre entourage. Ces croyances peuvent être limitantes, négatives. Et elles ont peut-être conditionné votre rapport à la sexualité aujourd’hui. 

Peut-être que vous avez déjà entendu ce genre de phrases : 

« Le sexe c’est sale« 

« Le sexe est dégradant« 

« Une femme qui prend du plaisir est une fille de joie« 

« Une femme ne doit prendre trop de plaisir« 

« La première fois fait très mal« 

« La première fois fait saigner« 

Ou encore ces injonctions : 

« Préserve ta virginité jusqu’au mariage« 

« Ne laisse aucun homme te toucher » 

« Prend garde à ne pas tomber enceinte« 

Il est important que vous puissiez identifier toutes ces croyances limitantes et que vous les notiez quelque part (sur une feuille ou dans un carnet).

 

Ensuite, analysez-les et débarrassez-vous symboliquement d’elles, en déchirant la feuille, en la broyant ou en la brûlant par exemple.

 

Énormément de femmes qui souffrent de vaginisme ont beaucoup de croyances limitantes sur la sexualité. Celles-ci sont souvent dues à une éducation sexuelle trop taboue ou quasi inexistante, ou une première fois particulièrement douloureuse.

 

Les phrases que j’ai cité, souvent prononcées, par nos proches, peuvent être totalement bienveillantes (ou pas). Mais elles peuvent aussi inconsciemment nous conditionner de manière négative à la sexualité. 

 

Pour guérir du vaginisme, il est alors très important de faire un véritable nettoyage, vous déconditionner totalement de tout ce que vous avez appris et entendu sur la sexualité. 

 

Ce déconditionnement vous permettra de vous débarrasser de toutes les croyances limitantes que vous avez sur la sexualité et vous créer vos propres croyances, positives, réalistes.

 

Lorsqu’on souffre de vaginisme, il est important aussi de faire un réel travail de pardon pour guérir. 

Parmi les femmes qui souffrent de vaginisme, figurent des femmes qui ont subi des traumatismes. 

 

À un moment donné de leur vie, elles ont été abusées, trahies, rejetées, blessées et qui ont besoin de se libérer et de pardonner pour guérir.

 

Travailler sur la vision que vous avez de votre zone intime permet de se débarasser des croyances limitantes qui empêchent d'avoir une sexualité épanouie.

Entreprendre une thérapie avec un spécialiste pour pardonner et guérir des antécédents traumatiques

Dans le cadre de traumatismes, qu’ils soient sexuels ou même relationnels,  il est tout à fait normal que le sexe soit perçu comme mauvais, douloureux.

L’une des premières causes de mon vaginisme (car il y en a plusieurs) est un traumatisme sexuel que j’ai vécu durant l’enfance. Pour guérir, j’ai dû effectuer un réel travail de pardon. J’ai dû pardonner à la personne qui avait abusé de moi dans le passé. En grandissant, j’avais développé une réelle méfiance envers les hommes. Je me tenais toujours à l’écart d’eux car je les considérais tous comme des individus dangereux, manipulateurs pour moi.

En guérissant, j’ai aussi dû guérir de cette méfiance-là. C’était très loin d’être facile mais ça m’a énormément libérée. Grâce au programme de guérison, j’ai pu me réapproprier mon corps et ma sexualité. J’ai pris conscience que j’avais le droit de prendre du plaisir, que le sexe était une pratiquante tout à fait plaisante et que je n’avais pas à avoir peur. J’ai aussi pris conscience que tous les hommes ne sont pas pareils, qu’il en existe des bons et intègres.

En adoptant toutes les solutions que j’ai cité auparavant, vous aurez déjà effectué un très grand travail au niveau psychologique. Mais bien sûr, le vaginisme est aussi un trouble dont les symptômes sont physiques. Je vais alors vous parler des solutions d’ordre mécanique qui existent pour guérir du vaginisme.

Pour guérir du vaginisme, il est important de guérir des blessures du passé et pardonner (si possible) pour se libérer.

Se familiariser avec son sexe grâce à l’exercice du miroir 

Lorsqu’on souffre de vaginisme, le vagin est source de peur, d’inquiétude et de douleur. Avant même d’envisager la pénétration, il est important de se (re)familiariser avec son sexe. C’est très important car beaucoup de femmes qui souffrent de vaginisme ont conscience de leur sexe mais n’ont jamais (pour la plupart) observé ni touché leur vulve. Elles savent qu’elles ont un sexe mais ne se sont jamais vraiment intéressées à celui-ci. Ce qui, vous vous en doutez bien, engendre beaucoup d’inquiétudes et d’idées erronées à son sujet.

Pour vous réconcilier avec votre sexe, il y a un très bon exercice, tout simple : l’exercice du miroir. Cet exercice consiste à placer un miroir sous votre vulve et l’observer. Je conçois que cet exercice peut être effrayant (j’avais moi-même très peur d’observer ma vulve) mais je vous garantie qu’il va beaucoup vous soulager. 

Vous pouvez effectuer cet exercice quand vous voulez et autant que vous le souhaitez. Peut-être que pour vous ça n’aura l’air de rien mais observer souvent votre vulve va permettre de “dédramatiser” l’image que vous avez de votre sexe. Guérir du vaginisme ce n’est pas seulement parvenir à avoir des pénétrations satisfaisantes. Guérir du vaginisme c’est aussi (et surtout) aller à la rencontre de son sexe et se réconcilier avec lui.

Ensuite pour vous familiariser avec la pénétration, il y a des outils très efficaces qui vont vous permettre de vous familiariser avec la pénétration. Ce sont les dilatateurs. 

Utiliser des dilatateurs vaginaux pour s’habituer à une pénétration indolore 

Les dilatateurs, qu’est-ce que c’est?

Les dilatateurs sont des dispositifs médicaux qui permettent de détendre les muscles qui entourant le vagin (muscles du périnée). Ils sont alors idéals pour la guérison du vaginisme puisqu’ils vous permettront de venir à bout de la contraction involontaire des muscles du périnée.

Pour résumer, les dilatateurs, ce sont vos alliés, vos meilleurs amis de votre parcours de guérison. Ils vous seront d’une très grande aide pour guérir. J’avais écrit un article spécial sur les dilatateurs que vous pouvez retrouver ici (lien de l’article sur les dilatateurs).

Ils se présentent généralement sous 6 tailles ( la taille 1 se rapprochant de la taille d’un doigt et la taille 6 qui est un peu plus grande que celle d’un pénis). Les 6 tailles permettent de progresser à son rythme.

Attention : Les utiliser seuls, sans effectuer un profond travail psychologique en amont ne garantit pas forcément la guérison

Pour résumer, les dilatateurs sont des outils indispensables pour guérir l’aspect mécanique du vaginisme.

Les exercices de contraction/décontraction (ou exercices de Kegel)

Ces exercices consistent simplement à contracter les muscles du périnée et “pousser” comme si vous vouliez aller à la selle. Au début, c’est tout à fait normal que vous ayez l’impression que tous les muscles du plancher pelvien (ensemble des muscles qui entourent l’urètre, le vagin et l’anus) se contractent. Au fur à mesure que vous ferez cet exercice, vous allez contracter les muscles que vous souhaitez cibler.Ces exercices pourraient vous paraître étranges aux premiers abords, mais ils sont très efficaces pour prendre pleinement conscience des muscles de votre périnée. En effectuant ces exercices régulièrement, vous allez habituer votre vagin à se contracter et se décontracter de manière totalement naturelle.

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous aidera dans votre processus de guérison !

N’hésitez pas à laisser en commentaire et nous dire quelles solutions vous avez déjà adoptées pour guérir du vaginisme.

Je vous invite à le partager au maximum autour de vous afin d’aider d’autres femmes qui souffrent de vaginisme à guérir!

À bientôt!

S’inscrire au programme Je guéris du vaginisme ®

La méthode Je guéris du vaginisme ® est une méthode de guérison globale, qui permet non seulement de guérir sur le plan psychologique mais aussi guérir du le plan physique et émotionnel.

Cette méthode de guérison repose sur 5 grands piliers :

  • le pilier 0 qui repose sur l’état d’esprit pour guérir
  • le pilier 1 sur la connaissance du corps
  • le pilier 2 sur le déconditionnement
  • le pilier 3 sur la guérison des blessures du passé
  • le pilier 4 sur la reconnexion

Ces 4 piliers garantissent une guérison rapide du vaginisme sur le plan psychologique et physique.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le programme, je vous invite à cliquer sur l’image qui est sur la droite.

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous aidera dans votre processus de guérison!

N’hésitez pas à écrire en commentaire les solutions que vous avez adopté jusqu’à présent pour guérir. 

Je vous invite également à partager cet article au maximum pour permettre à d’autres femmes de trouver la motivation pour guérir!

À très vite!