Vaginisme et plaisir en solo ❤️: Pourquoi est-il important de prendre du plaisir seule lorsqu’on souffre de vaginisme? 

 Mesdames, bonnes nouvelles, aucune loi ne dispose (pour l’instant) que vous devez forcément prendre votre pied avec quelqu’un.

Et puis ce n’est pas parce qu’on souffre de vaginisme qu’on ne peut pas prendre du plaisir. Et si il y a une idée à bannir dès aujourd’hui c’est la suivante : Être vaginique n’empêche en aucun cas d’avoir un orgasme. 

Peu importe sur quel site vous l’avez vu ou qui vous l’a dit, c’est à bannir immédiatement.

La pénétration est très délicate lorsqu’on souffre de vaginisme, certes. Mais comme je l’avais déjà dit dans mon article sur Le vaginisme et le plaisir sexuel, le vagin n’est pas la seule zone érogène (heureusement d’ailleurs). Il y a…le clitoris. 

Je prend le risque d’aborder un sujet très très très délicat qu’est la masturbation (oui, on ne doit plus se cacher).

La masturbation est un sujet lourd à aborder en général alors la masturbation féminine? N’en parlons même pas.

Inutile de vous rappeler à quel point la sexualité de la femme a toujours suscité de grands (et lourds) débats. En plus de cela les dogmes religieux pèsent fortement sur cette pratique qui est considéré comme un péché. Mais là n’est pas le propos : chacune est libre de croire ou de ne pas croire. Chacune d’entre nous est libre de vivre sa vie comme elle le souhaite.

Mais ce qui est sûr la masturbation n’a rien de “sale” ou de « malsain »en soi . Le plus important bien sûr c’est de ne pas tomber dans l’excès, l’addiction. Vous vous donnez du plaisir à vous-mêmes et j’ai même envie de dire qu’il faut pouvoir prendre du plaisir seule avant de pouvoir prendre du plaisir avec quelqu’un. Vaginisme ne doit pas être synonyme d’absence de plaisir. 

 

Alors répétez après moi : J’ai le droit de prendre du plaisir seule!

 

Se donner du plaisir seule à beaucoup plus d’avantages que la société essaye de nous faire croire. 

1.On se découvre

La masturbation est sûrement le meilleur moyen de découvrir son sexe et les sensations qu’il peut procurer. Elle permet d’explorer son sexe autrement que par la vue. Celle-ci permet également de prendre conscience que le plaisir sexuel féminin ne doit pas forcément être centré sur le vagin. Le clitoris est des zones érogènes chez la femme qui procure autant (voir plus) de plaisir que le vagin. La pénétration vaginale ne doit pas être le seul moyen pour vous de prendre du plaisir. Le temps que vous guérissez, vous pouvez toujours vous faire plaisir. Je sais qu’il y a beaucoup d’entre vous qui pensent que le vaginisme annonce en quelque sorte la “fin de votre sexualité” mais ce n’est pas du tout le cas et ça ne doit pas être le cas. Et ne croyez surtout pas que prendre du plaisir seule est un manque de respect envers votre partenaire. Il ne doit pas être le seul à pouvoir vous procurer du plaisir, vous aussi en êtes capables.

Petite confidence : j’ai eu mon premier et mon seul orgasme en me masturbant. 

 

2. L’appréhension disparaît

 

C’est entre vous et vous-même. Il n’y a pas la pression d’un éventuel partenaire qui pourrait vous perturber et vous stresser. Vous connaissez votre corps mieux que quiconque donc vous savez ce qui vous plaît. et ce qui ne vous plaît pas. Sans se mentir, il y a certains hommes qui sont maladroits et qui ne savent pas vraiment prendre en compte nos envies. Et cela est encore plus stressant de se retrouver face à ce genre d’hommes lorsqu’on souffre de vaginisme. On appréhende beaucoup et on ne veut pas que l’autre nous fasse mal. Et cela ne peut pas arriver lorsqu’on prend du plaisir toutes seules. Personne ne vous observe et votre plaisir n’est pas conditionné. Vous n’avez pas peur d’avoir mal, vous ne craignez pas que le pénis de votre partenaire n’entre pas. Vous ne serez plus dans la crainte mais dans le laisser-aller. 

Le sexe en général est réputée être une activité qui diminue le stress de façon considérable. Et le vaginisme procure énormément de stress donc pourquoi s’en priverait-on?



3. C’est un puissant anti-stress

 

L’une des vertues de la masturbation est que celle-ci diminue le stress de manière considérable. Lorsque vous vous masturbez, votre cerveau libère de la dopamine ( neurotransmetteur qui active la zone du plaisir dans le cerveau). Et si  quand vous atteignez l’orgasme, votre cerveau sécrètera des hormones, les endorphines, qui accroissent le plaisir et vous procurera un bien-être inouï.  

La masturbation est une pratique qui procure énormément de plaisir mais comme toute bonne chose, il ne faut pas en abuser et que cela devienne une addiction. Ce serait alors un autre problème qui s’ajouterait au vaginisme et ce n’est clairement pas le but. 

Prendre du plaisir seule permet de moins se focaliser moins sur une sexualité phallocentrée (qui pose problème dans le cadre du vaginisme) et de plus se focaliser sur une sexualité alternative dans laquelle “douleur” n’est pas le mot d’ordre.

 

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous aidera dans votre processus de guérison.

Je vous invite à écrire en commentaire si vous avez déjà essayé de vous faire plaisir seule pour mieux vivre votre vaginisme. 

Je vous invite à partager cet article autour de vous afin que d’autres femmes puissent le lire et trouver la motivation pour guérir!

Pour en savoir plus sur le programme qui m’as aidé à guérir : cliquez-ici

 

À bientôt!

 

Article rédigé par Monica G