Vaginisme et couple : Comment retrouver une sexualité épanouie à deux ?

Comment retrouver une sexualité épanouie à deux ?

Le sexe ne fait pas tout le couple, mais nier qu’il occupe une place importante dans celui-ci serait mentir.

Le vaginisme est un trouble qui est particulièrement difficile à gérer en soi et cela peut être encore plus compliqué lorsqu’il se manifeste au sein d’un couple.

La femme a tendance à culpabiliser et assumer (à tort) l’entière responsabilité de ce problème.

Certes, c’est elle qui souffre mais son compagnon en est tout aussi affecté.

On se sent désemparées, dépassées, incapables de faire “ce que les autres femmes font si facilement”.

J’ai longtemps envié ces femmes qui étaient capables d’avoir des rapports sexuels sans encombre, capable de se déshabiller en un claquement de secondes et se laisser aller à un coït torride sans réfléchir.

Comme c’est difficile pour nous, on commence à se mettre une pression de malade et surtout, on pense à l’avenir de notre couple.

On a la forte impression que si le problème n’est pas vite réglé, nos compagnons nous laisseront.

“Si je n’arrive pas à guérir il ira voir ailleurs, c’est sûr.”

Lorsque je souffrais encore de vaginisme l’une des mes premières inquiétudes étaient que mon compagnon me laisse, lassé par mon problème.

Et puis, je me suis souvenu que…je devais d’abord guérir pour moi-même. C’était d’abord ma guérison, avant d’être “ma guérison dans mon couple” Ce n’était plus parce que j’étais en couple que je voulais guérir mais c’était pour m’en sortir, moi, et ne plus souffrir au moment de la pénétration (de quelque nature qu’elle soit).

Alors mesdames…ne vous inquiétez pas, vos compagnons ne vous laisseront pas à cause de ce trouble. Si ils le font, c’est qu’ils ne vous aimaient pas et de toute façon, un homme qui vous laisse parce que vous affrontez une difficulté dans votre vie, ne vous mérite simplement pas.

Le plus important, c’est guérir pour soi-même avant de guérir pour quelqu’un d’autre.  

Il faut deux personnes pour faire un couple et vous ne devez pas affronter ce problème seule. Un soutien de la part de votre compagnon pourrait faire toute la différence.

Bien sûr, c’est à vous de choisir si vous voulez l’impliquer dans le processus ou pas

Pour désamorcer le problème, je vais vous donner 3 clés qui vont vous permettre d’affronter le vaginisme avec votre compagnon de manière efficace.

Première clef : La communication : Communiquez avec vos compagnons au sujet de votre trouble

Le vaginisme est particulièrement déconcertant pour un homme et peut être mal vécu par celui-ci. Il ne comprend pas du tout les mécanismes qui sont en jeu et par conséquent peut penser que sa compagne se comporte ainsi par manque d’envie ou manque d’excitation.  Je me souviens que mon compagnon était très frustré parce que nous n’arrivions pas à avoir des rapports sexuels satisfaisants. Il pensait que je le faisais exprès et que je n’avais simplement pas envie de lui alors que c’était parce que la pénétration était trop douloureuse. J’ai du lui expliquer que mon vaginisme était dû principalement au traumatisme sexuel que j’avais vécu pendant l’enfance (Voir article 2 sur les traumatismes sexuels). Et à partir de là, il était beaucoup plus compréhensif et moi j’étais moins dans la culpabilité.

C’est la raison pour laquelle il est important de communiquer avec vos compagnons, leur expliquer ce qui vous arrive et les mécanismes qui sont mis en jeu. En faisant cela, ils seront beaucoup moins dans le flou et plus aptes à vous écouter et vous aider à guérir. 

C’est très frustrant pour eux de ne pas savoir ce qui se passe et pourquoi la pénétration est impossible. Mais le vaginisme est très complexe et le fait d’en parler permet d’en prendre conscience et de prendre des dispositions.

Deuxième clé : Le partage : Choisissez ou non d’inclure votre partenaire dans votre processus de guérison

Si vous le souhaitez, vous pouvez faire part à votre partenaire des efforts que vous fournissez dans votre processus de guérison. Pour ma part, mon compagnon n’était pas présent lorsque j’effectuais les différents exercices (parce que sa présence me déconcentrait) mais dès que je franchissais un nouveau pilier dans le programme de guérison et que je réussissais un exercice, je lui en faisais toujours part.
Je faisais en sorte qu’il se sente inclus et lui montrais à quel point je prenais ce problème au sérieux et que je ne me laisserai pas abattre.
Ainsi, il ne se sentira pas mis de côté et sa frustration finira par disparaître.
Si c’est lui qui décide de ne pas s’inclure dans le processus, acceptez sa décision mais faites-lui au moins part de vos efforts pour vous vous en sortir.

Troisième clef : Le soutien : Vous devez sentir que vous êtes soutenue par votre compagnon

 

Un peu de soutien de la part de votre compagnon va vous motiver et vous permettre de fournir les efforts nécessaires pour votre guérison. 

Vous aurez alors conscience que vous n’êtes pas seules dans cette lutte et que votre compagnon est là pour vous épauler. Eh oui, le vaginisme comme tout problème qu’un couple doit affronter, se règle à deux

Pour illustrer cette article je vous propose d’écouter le témoignage de Tony, mari de Gracy qui as souffert puis guérie du vaginisme grâce au programme que j’ai moi même suivi ( lien de la vidéo)

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous aidera dans votre processus de guérison!

Je vous invite à écrire en commentaire les réactions de vos compagnons lorsqu’ils ont appris que vous souffrez de vaginisme  

Je vous invite à partager cet article autour de vous afin que d’autres femmes puissent le lire et trouver la motivation pour guérir!

Pour vous faire accompagner dans votre chemin de guérison c’est ici

Vous êtes pressées vous souhaitez un rdv rapide pour guérir ? cliquez ici

À bientôt!

 

 Article rédigé par Monica G