Vaginisme : Comment surmonter la peur d’échouer?
Sans titre (6)

Échec.

Ce mot de 5 lettres fait si peur dans nos sociétés. Quand il est évoqué, c’est presque toujours de manière fataliste. 

Dans beaucoup de domaines de nos vies, cette peur de l’échec : dans le cadre professionnel, sentimental, personnel etc…

Dans le cadre intime et plus précisément lorsqu’on souffre de vaginisme, cette peur de l’échec peut être présente.

“Et si je ne guérissais pas?”

“Et si je ne parviens pas à trouver de solution pour guérir?”

“Et si je suis condamnée à être vaginique jusqu’à la fin de mes jours?”

Toutes ces questions se centrent sur une même peur : celle de ne jamais guérir.

J’ai souffert de vaginisme pendant près d’un an et ce sont des questions que je me posais presque tous les jours. J’étais persuadée que je ne parviendrai jamais à guérir, que le vaginisme ferait toujours partie de ma vie. 

Mais j’ai guéri. 

Bien sûr, j’ai connu des échecs. Mais mon envie de guérir était telle que je n’avais pas d’autre choix qu’accepter ces échecs et rebondir.

Dans les prochaines lignes, je vais vous donner quelques conseils qui vous permettront de surmonter la peur de l’échec.

1. Conseil n°1 : Prendre conscience que l’échec n’est pas une fatalité

Plus facile à dire qu’à faire” vous me direz. Mais échouer, ce n’est pas mourir. L’échec est parfois même nécessaire.

Je vais vous raconter une petite anecdote. 

NB : Cette anecdote n’a rien à voir avec le vaginisme mais c’est un exemple pour montrer que l’échec n’est pas du tout une fin en soi.

Après mon bac, j’avais pensé à faire une licence de lettres. J’avais fait un Bac L et comme j’aimais beaucoup écrire, ça me semblait logique.

Mon père, me voyant destinée à devenir une grande avocate, m’avait recommandé de faire des études de droit. Comme je n’osais pas le contredire, je me suis lancée tête baissée dans une licence de droit.

Pour dire vrai, je n’étais pas du tout épanouie dans ces études. Je ne me retrouvais pas du tout. J’ai appris un tas de choses intéressantes mais ce n’était pas ma voie. Mais j’ai quand même réussi à obtenir ma licence de droit. Par la suite, j’avais postulé pour plusieurs masters de droit.

Résultats des courses : J’ai été recalée de partout.

C’était un échec pour moi.

Vous me direz “Mais de toute façon ce n’était pas les études que tu voulais faire Monica”.

C’est vrai mais j’ai vécu ça comme un échec.

C’était un échec parce que je ne savais pas ce que j’allais bien pouvoir faire de ma vie après une licence de droit. Je ne me voyais pas non plus refaire une licence (repartir de zéro) dans un autre domaine. C’était très dur pour moi mais cet échec a été une opportunité pour moi, je fais enfin ce que j’ai toujours voulu faire : écrire.

Il n'y a pas de réussite sans échec et c'est la raison pour laquelle il faut l'accepter dans le processus.
2. Conseil n° 2 : Se concentrer davantage sur le COMMENT que sur le pourquoi 

Lorsqu’on échoue, il est tout à fait naturel de chercher à comprendre les causes de notre échec. On a tendance à se poser la question suivante :

 “Pourquoi ça n’a pas marché?

Lorsqu’une tentative de pénétration n’aboutit pas, on peut le vivre comme un échec. Lorsqu’on bloque au niveau d’un dilatateur, on peut aussi le vivre comme un échec. Lorsqu’on essaye d’insérer un doigt et que ça bloque, on peut également le vivre comme un échec. Je suis passée par là et je sais à quel point on peut se sentir très frustrée et déçue.

Mais ensuite j’ai pris conscience qu’il y a des jours où j’étais stressée plus stressée que d’autres. Des jours où je n’avais pas forcément le moral et la motivation pour travailler sur ma guérison. Bien sûr, il y a eu des jours où j’avais envie d’abandonner. 

Mais au lieu de me demander “Pourquoi ça n’a pas marché?” je me demandais plutôt 

Comment faire pour que ça marche la première fois?”

En me posant cette question, j’avais beaucoup plus l’impression d’être dans l’action, dans la recherche de solutions. 

Bien sûr, je ne suis pas en train de dire que l’échec est facile à vivre. Je suis en train de dire que face à l’échec, il faut savoir rebondir, trouver des solutions pour transformer cet “échec” en réussite.

Se concentrer sur les causes de l'échec nous maintient dans l'inaction, tandis que se concentrer sur les solutions nous force à agir.
3. Conseil n°3 : Ne pas hésiter à se féliciter

Votre supporter n°1, c’est vous-même.

Et ça doit être comme ça dans chaque domaine de votre vie!

Vous devez toujours vous encourager, vous féliciter. On passe parfois notre temps à le faire pour les autres, alors pourquoi ne pas le faire pour nous-même?

Si le dilatateur ne rentre pas entièrement, il faut s’encourager et se féliciter, parce qu’il est quand même rentré même si c’est une partie.

Si la tentative de pénétration n’a pas abouti, il faut quand même se féliciter parce vous n’avez pas fui, vous avez tenté donc vous avez agi.

Il faut toujours vous féliciter! Que ce soit dans l’échec ou dans la réussite, dans les deux cas vous avez agi!

Qu'on réussisse ou qu'on échoue, il est important de se féliciter. Le plus important c'est d'essayer.
4. Conseil n°4 : Réessayer, réessayer et toujours réessayer

Si on devait abandonner à chaque fois qu’une difficulté se présentait à nous, croyez-moi, on n’accomplirait vraiment rien dans la vie.

C’est pour cela qu’il est important de ne jamais cesser d’essayer et de réessayer!

Bien sûr, vous n’êtes pas des machines. Vous avez tout à fait le droit de ralentir et de faire des pauses. Mais le plus important c’est de ne jamais abandonner, laisser tomber. 

Dans tout cela, le vrai échec c’est de ne pas essayer!

Chaque effort que vous faites a un sens et contribue à votre guérison! Peut-être que vous aurez l’impression que vos efforts n’ont pas été concluants. Mais ils le sont vraiment.

Mon parcours de guérison, n’était pas un fleuve tranquille. J’ai plusieurs fois voulu abandonner mais je n’ai jamais lâcher l’affaire!

Aujourd’hui je suis guérie et mon souhait, c’est que chaque femme qui souffre de vaginisme comme moi j’en ai souffert, guérisse.

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous aidera dans votre processus de guérison!

Je vous invite à le partager massivement autour de vous afin d’aider d’autres femmes!

N’hésitez pas à me faire part de vos impressions en commentaires. 

Grâce à nos codes promos vous pouvez bénéficier de :

À bientôt!

Article rédigé par Monica G

Il faut beaucoup de persévérance pour parvenir à la réussite.