Vaginisme : C’est quoi, causes, symptômes, traitements et solutions

La pénétration est-elle impossible pour toi?

As-tu une appréhension ou une peur bleue à la simple idée d’avoir une pénétration?

As-tu l’impression de ressentir un blocage à chaque fois que tu tentes d’insérer un objet dans ton vagin?

 

Si tu as répondu oui à une ou plusieurs questions, il y a de fortes chances que tu souffres de “vaginisme”. 

Si tu penses que tu es sujette au vaginisme, rassure-toi , tu n’es pas la seule dans ce cas. Et pour cause, le vaginisme toucherait 1 femme sur 10.

Dans cet article, tu trouveras des explications sur ce qu’est le vaginisme, ses causes, ses symptômes et les traitements et solutions efficaces pour en guérir.

Mais le vaginisme, c’est quoi exactement?

Dérivé du mot “vagin”, le vaginisme est un trouble sexuel qui se caractérise par la contraction involontaire des muscles qui entourent le vagin (appelés “muscles du périnée”) rendant la pénétration douloureuse voire impossible.

Il existe plusieurs types de vaginisme :

  • Si tu as ressenti un blocage dès tes premiers rapports sexuels, il se peut que tu souffres d’un vaginisme primaire.
  • Par contre si ce blocage est apparu après une période durant laquelle les rapports sexuels étaient satisfaisant, il se peut que tu souffres d’un vaginisme secondaire
  • Si la pénétration est impossible en toutes circonstances (rapports sexuels, insertion d’un tampon ou d’un doigt, examens gynécologiques) c’est que tu souffres d’un vaginisme total
  • Par contre, si la pénétration est possible possible dans certaines circonstances (examens gynécos, insertion d’un tampon) et pas dans d’autres (lors de rapports sexuels/avec un partenaire différent), c’est que tu souffres d’un vaginisme partiel.

Pour l’avoir moi-même vécu, je sais à quel point le vaginisme est difficile à vivre. Celles qui en souffrent n’osent pas consulter, par honte. Cependant, c’est un trouble qui se guérit bien.

1. Les causes possibles du vaginisme

Le vaginisme est un trouble sexuel multifactoriel. Il peut y avoir une seule et unique cause ou plusieurs causes qui découlent d’une cause principale. Dans les prochaines lignes, je vais te parler des causes les plus fréquentes du vaginisme.

Parmi ces causes figurent les causes psychologiques et les causes physiques.

Dans la grande majorité des cas, le vaginisme est d’origine psychologique. Cependant, dans de rares cas, il peut être d’origine physique. 

Les causes psychologiques

image5

Les causes psychologiques du vaginisme sont généralement les suivantes :

  • une méconnaissance de son corps : La méconnaissance du corps peut être une des causes du vaginisme. Le vagin étant difficile à observer, cela peut alors créer des inquiétudes et des idées erronées par rapport à celui-ci. Peut-être que tu as déjà prononcé cette phrase-là “Mon vagin est trop petit/étroit.

C’est ce que je pensais quand je souffrais de vaginisme. Je m’imaginais aussi avoir un “vagin trop petit”, “tout droit”, “rigide”. Je m’imaginais le vagin comme un trou étroit par lequel seules les règles pouvaient passer.  Je n’avais jamais observé ma vulve également car cela me faisait peur. 

J’avais un réel blocage par rapport à mon sexe. Mais durant mon processus de guérison j’ai compris que le vagin n’était pas “étroit” mais qu’il était élastique et que les muscles qui l’entouraient se détendaient pour laisser entrer entrer le pénis, le doigt, le tampon ou le spéculum.

  • une éducation sexuelle taboue : Le fait d’avoir reçu une éducation dans laquelle le sexe était un sujet très tabou peut aussi générer un blocage au niveau de la pénétration.  Cela est souvent le cas dans certaines familles au sein desquelles parler de sexe est tabou, voire interdit. 
Peut-être que c’était le cas au sein de ta famille et de ton entourage. Il se peut que que tu aies déjà entendu des discours culpabilisants par rapport au sexe comme “Le sexe c’est mal”, “Le sexe c’est sale, “Une femme qui couche est une femme facile et cela a pu créer un véritable blocage par rapport à la sexualité. 
 
  • un ou des traumatismes sexuels : un traumatisme, peu importe sa nature laisse toujours des traces indélébiles. Il n’est pas rare de développer du vaginisme à la suite d’un ou plusieurs traumatismes sexuels.
Dans ce cas, le cerveau a associé les rapports sexuels avec ou sans pénétration à un véritable danger. Lorsqu’un rapport se présente, le corps se met alors en alerte et le corps se “braque” pour empêcher la personne traumatisée de revivre la situation traumatisante. 

Il est tout à fait possible qu’un traumatisme sexuel ressurgisse des années après l’évènement traumatique. 
  • une peur de la pénétration : La pénétration peut être vécue comme  une véritable intrusion dans son intimité. Cela peut dû à un traumatisme sexuel mais aussi à une peur d’introduire un corps étranger à l’intérieur de soi. 
La peur de la pénétration est souvent liée à la peur d’avoir mal. Cette peur peut être due à une première fois extrêmement douloureuse et/ou traumatisante ou un rapport particulièrement douloureux. Un réel cercle vicieux peut alors être enclenché : rapport sexuel douloureux→ peur d’avoir mal→ appréhension de la pénétration → rapport sexuel encore plus douloureux → renforcement de la peur de la pénétration/peur d’avoir mal
 
  • le stress/l’anxiété : Le stress et l’anxiété peuvent être à l’origine du vaginisme. Certaines femmes qui souffrent de vaginisme sont pour la plupart stressées et anxieuses dans leur vie de tous les jours. Cela peut se répercuter dans leur vie intime et être à l’origine d’un véritable blocage au niveau sexuel.
  • une relation de couple problématique : Il peut arriver qu’une femme qui subit  des violences verbales, psychologiques, physiques ou sexuelles au sein du couple se braque totalement au niveau sexuel. La femme qui en est victime peut éprouver plusieurs émotions envers son partenaire toxique comme de la colère, du dégoût ou de la peur. 
  • un accouchement difficile ou traumatisant : Un accouchement peut constituer un réel traumatisme sur le plan psychologique et engendrer le vaginisme. Il n’est pas rare que des nouvelles mamans ressentent des douleurs pendant les rapports qui suivent l’accouchement. Cela peut être dû à une reprise trop précoce des rapports sexuels, une épisiotomie mal cicatrisée etc…
  • Les violences gynécologiques et obstétricales peuvent elles aussi être à l’origine du vaginisme. Ces violences représentent un réel traumatisme pour la femme qui les a subi et cela peut générer une réelle peur d’introduire quoi que ce soit dans son vagin, que ce soit le pénis, le doigt, le tampon ou le spéculum.

Les causes physiques

Les causes physiques sont pour la plupart :

  • une chirurgie ou une consultation pelvienne douloureuse : par ex une épisiotomie mal cicatrisée, 
  • l’accouchement (sur le plan physique cette fois-ci) peut être responsable de douleurs pendant les rapports et créer le vaginisme
  • Des raisons médicales comme l’endométriose, les vulvodynie et vestibulodynie, des mycoses ou des IST
  • Les causes hormonales tel que la ménopause, l’atrophie vaginale et la sécheresse vaginale peuvent être responsables de vaginisme
Identifier la ou les causes du vaginisme est une étape nécessaire dans le processus de guérison.
 
Mais ce n’est pas une étape primordiale car la guérison du vaginisme repose principalement sur la guérison des symptômes dont je vais parler dans les prochaines lignes.

2. Les symptômes du vaginisme

Les symptômes du vaginisme sont :

  • 1 er symptôme : une peur de la pénétration
  • 2 ème symptôme : la contraction involontaire des muscles du périnée
  • 3 ème symptôme : des douleurs au moment de la pénétration

Le vaginisme se traduit souvent par une peur de la pénétration. Cette peur découle de toutes les causes que j’ai cité précédemment.

En fonction de l’histoire de chacune, la pénétration peut être perçue comme un danger, une intrusion.

Le cerveau va alors envoyer des signaux d’alerte au vagin et celui-ci va se contracter de manière involontaire pour empêcher la pénétration.

C’est le deuxième symptôme. La contraction étant très forte, elle va alors provoquer de vives douleurs au moment de la pénétration.

C’est le troisième symptôme.

Schéma montrant la contraction réflexe des muscles du périnée.

Si le mécanisme de défense mis en place par le cerveau n’est pas déjoué, les symptômes vont se répéter de manière continuelle. Un véritable cercle vicieux va alors se créer. (voir schéma ci-dessous)

Mais comme je l’ai dit plus tôt, le vaginisme se guérit bien et je vais vous parler des méthodes de guérison dans les prochaines lignes.

3. Les traitements et solutions

Existe-t-il un traitement pour guérir du vaginisme? 

Vous vous êtes sûrement déjà posé la question. La réponse est non. Il n’existe pas de traitement “magique” pour guérir du vaginisme. Mais il existe des solutions concrètes.

Pour guérir du vaginisme, il est vivement conseillé d’avoir une approche pluridisciplinaire. Le vaginisme étant à la fois un trouble d’ordre psychologique et d’ordre physique, il est conseillé d’appliquer plusieurs méthodes. 

Pour traiter l’aspect psychologique, les méthodes qui fonctionnent bien sont :

  • la psychothérapie ou la sexothérapie qui sont très bien expliquées ici et ici
  • l’EFT dont vous pouvez retrouver l’explication ici 
  • la PNL qui est très bien expliquée ici
  • l’hypnose qui a fait l’objet d’un article que vous pouvez retrouver ici

Pour traiter l’aspect physique, les méthodes qui fonctionnent bien sont : 

  • la rééducation périnéale qui est très bien expliquée ici
  • les dilatateurs vaginaux dont je parle dans cet article 
  • les exercices de Kegel détaillés ici
  • les exercices de respiration dont vous pouvez trouver des exemples ici

Ces différentes méthodes peuvent aider à la guérison. Mais le plus important c’est de se tourner vers un professionnel compétent qui connaît et maîtrise le vaginisme

Dans mon processus de guérison, j’avais : 

  • effectué une psychothérapie
  • consulté une sage-femme spécialisée dans la réeducation périnéale.
  • effectué une séance d’hypnose

Cela m’avait aidé mais je n’ai pas réussi à guérir pour autant. Cela n’avait pas fonctionné car :

  • en dépit de ma grande volonté, j’étais toujours bloquée au niveau psychologique
  • il n’y avait pas de continuité dans les méthodes que j’appliquais
  • mis à part la sage-femme que j’ai consulté, les deux autres professionnels ne connaissaient pas du tout le vaginisme 

Ce qui m’a vraiment permis de guérir c’est une méthode de guérison globale : la méthode Je guéris du vaginisme ®️.

Cette méthode prend en charge le corps, l’esprit, l’âme et les émotions. 

L’aspect psychologique, physique et émotionnel sont traités ensemble, ce qui n’était pas le cas chez les différents professionnels que j’ai consultés.

Tous ces éléments sont traités de manière simultanée.

Grâce à cette méthode j’ai pu être accompagnée par des coaches qui maîtrisent parfaitement le vaginisme car elles l’ont vécu elles-mêmes.

J’ai également pu effectuer des exercices concrets et participer à des coachings de groupe qui m’ont énormément aidé à venir à bout de mes blocages. 

Clique ici pour réserver ton appel diagnostic!

L’un des gros avantages du programme de guérison est que tu auras le privilège d’être accompagnée par des femmes qui ont souffert de vaginisme par le passé et qui savent ce que tu vis. 

Elles sont passées par là tout comme toi donc elles seront beaucoup plus bienveillantes et indulgentes envers toi.

Tu auras également l’opportunité d’être entourée de personnes qui vivent ce que tu vis. Tu pourras également appartenir à une communauté de femmes qui souffrent de vaginisme et qui sont en voie de guérison.

Sache que tu n’es pas seule à souffrir de vaginisme et que la guérison est possible. 

Grâce à cette méthode de guérison holistique, j’ai pu guérir du vaginisme en 1 mois et demi alors que pendant 3 mois j’avais essayé d’autres méthodes de guérison sans succès.

4. Comment guérir du vaginisme?

Dans cette section, je vais te parler des étapes qui me semblent nécessaires pour entamer ton processus de guérison :

  • Étape n°1 : Ne surtout pas se forcer : Il ne faut surtout pas que tu te forces. Si tu te forces, tu auras encore plus peur au moment de la pénétration et tu te contracteras encore plus. Les douleurs risquent d’être encore plus vives. 
Et je sais que ce n’est pas ce que tu souhaites. C’est la raison pour laquelle il est important que tu écoutes ton corps et que tu ne le brusques pas.
 
  • Étape n°2 : Comprendre les causes et identifier les symptômes : Il existe une multitude de causes et elles ne sont pas toutes les mêmes pour chacune d’entre nous.  Il est toujours mieux de faire appel à un spécialiste pour comprendre les causes et identifier les symptômes pour mieux les traiter.
C’est la raison pour laquelle je t’invite à réserver l’appel diagnostic en cliquant ici. Cet appel est totalement gratuit et te permettra de communiquer avec un membre de mon équipe qui t’expliquera les modalités du programme (tarif, déroulement des coachings)
  • Étape n°3 : Traiter les symptômes : Tu peux aller consulter des spécialistes pour les traiter. Tu peux aussi, si tu le souhaites, nous rejoindre au sein du programme de guérison. L’appel diagnostic te permettra alors de déterminer si la méthode Je guéris du vaginisme ® est faite pour toi ou pas.

J’espère que cet article t’a plu et qu’il t’aidera dans ton parcours de guérison!

N’hésite pas à me faire part de tes impressions dans les commentaires.

Je t’invite à partager massivement cet article autour de toi pour aider les femmes qui souffrent de vaginisme à s’en sortir!