Vaginisme : les hommes face à ce trouble

Thème de la semaine : les hommes face au Vaginisme 

Le vaginisme est un trouble qui est extrêmement difficile à vivre pour la femme qui en souffre. Mais il est tout aussi difficile à vivre pour l’homme qui partage sa vie. Celui-ci peut se sentir impuissant, déstabilisé face à une telle situation.

Pour vous faire part du ressenti d’un homme face au vaginisme, nous avons recueilli le témoignage de Thierry. Cet homme est mariée à une femme qui a souffert de vaginisme durant 5 ans et qui est parvenue à guérir grâce à la méthode Je guéris du vaginisme ®.

Il a accepté de répondre à nos questions et nous partager son histoire. Je vous laisse sans trop tarder découvrir le témoignage de Thierry.

À partir de quel moment as-tu pris conscience qu’il y avait un problème?

J’ai pris conscience qu’il y avait un souci quelques semaines après nos premiers rapports. Ma femme se crispait à chaque rapport et je n’arrivais pas à la pénétrer. À chaque fois que je mettais mon pénis à l’entrée de son vagin, je sentais comme une barrière qui m’empêchait d’aller plus loin. 

Elle me disait qu’elle avait mal durant ces moments-là. Nous n’allions jamais plus loin car je ne voulais et je ne devais pas la forcer à faire quoi que ce soit. Je ne supportais pas de voir ma femme souffrir à chaque rapport. 

 

Quel était ton ressenti face à ce blocage?

Au début c’était très difficile d’admettre que ma femme avait un trouble. Elle était tout à fait épanouie dans les autres aspects de sa vie et nous parlions de sexualité normalement.

J’étais totalement dans le déni. Je pensais que la situation était juste temporaire et j’avais mis le blocage sexuel que ma femme avait sur le compte des “premiers rapports”. À un moment donné j’ai même eu à penser que c’était moi qui avais un souci. Je croyais que j’y prenais mal et que cela provoquait des douleurs chez ma femme durant les rapports sexuels. 

Je me sentais honteux et ce blocage était un très lourd secret à porter. Nous n’en parlions pas autour de nous. Je me sentais mal de savoir que je n’arrivais pas à avoir des rapports sexuels épanouissants avec la femme que j’avais choisi d’épouser.

Je voulais que ma femme prenne du plaisir et ça me faisait extrêmement mal de savoir qu’elle souffrait. Bien que la pénétration n’était pas une étape indispensable pendant les rapports je mentirais si je disais que ça ne comptait pas pour moi. 

Comment as-tu réagi lorsque tu as découvert que ta femme souffrait de vaginisme?

Ce fut un soulagement pour moi car nous avions pu mettre un mot sur sa souffrance, qui était aussi la mienne. Nous avons effectué des recherches sur Internet et le mot “vaginisme” revenait très souvent. Pour être sûrs qu’il s’agissait de cela nous nous étions rendus chez une sage-femme libérale qui a confirmé ce diagnostic. 

Étais-tu impliqué dans son processus de guérison?

J’ai fait de mon mieux pour soutenir ma femme durant tout le processus de guérison. Il est vrai que c’est elle qui faisait les exercices des dilatateurs seule je lui demandais souvent ce que je pouvais faire pour l’aider au maximum.

Elle m’invitait parfois pour que j’insère les dilatateurs avec elle. Au sein du programme de guérison auquel elle s’était inscrite, j’avais beaucoup apprécié les rendez-vous coquins qui étaient préconisés. 

J’étais très impliqué dans le processus de guérison car la souffrance de mon épouse me concernait tout autant. Je la soutenais et la rassurais au maximum. Dans un mariage, nous sommes deux donc si l’un des deux rencontre un “problème” celui-ci doit être réglé à deux. Je ne me voyais pas du tout la laisser se “débrouiller toute seule” alors que je suis tout aussi affecté qu’ elle face au vaginisme.

Qu’as-tu pensé de la méthode Je guéris du vaginisme ®?

Au départ,  j’étais assez dubitatif. Je ne pensais pas qu’il existait une telle solution pour guérir d’un trouble comme le vaginisme. Ce qui me surprenait le plus c’est le fait que ce soit à distance. Je me demandais comment cela était possible.

Mais j’ai pris le temps de m’informer et c’est à partir de là que j’ai découvert que c’est une méthode de guérison qui a été crée par une femme qui a elle-même souffert de vaginisme par le passé. Ce qui m’a rassuré c’est de voir des témoignages vidéos de couples comme nous pour qui ça avait fonctionné. Vous pouvez retrouver un témoignage de couple en cliquant ICI.

Ce que j’ai beaucoup aimé c’est la partie du  coaching, étant un grand sportif j’ai toujours eu un coach qui m’a accompagné et qui m’a boosté. Je n’aurais jamais pensé que le coaching aurait pu s’adapter pour la problématique du vaginisme et cela a fait ses preuves car ma femme a pu rester motivée tout au long du processus de guérison.

Ce que j’appréciais aussi dans le programme c’est que lorsque ma femme et moi avions des questions techniques à poser, la coach référente de ma femme était toujours disponible pour nous répondre et nous conseiller.

Je sais qu’il y a des spécialistes (sexologues et autres spécialistes) qui traitent les troubles sexuels. Mais cela ne va jamais remplacer l’opportunité de se faire aider par une personne qui a déjà vécu cela.

Le fait d’être accompagnée et entourée par des femmes qui ont souffert de vaginisme et qui en ont guéri, permet d’être davantage comprise, écoutée et soutenue dans le parcours de guérison.

Qu’est-ce qui a changé dans votre couple après la guérison de ta femme?

Étrangement, le vaginisme a renforcé notre couple. Nous sommes beaucoup plus épanouis qu’auparavant et beaucoup plus à l’écoute l’un de l’autre. En tant que couple on se sentait moins étranges en sachant que d’autres couples comme le notre existaient.

Ce que j’ai beaucoup aimé dans le programme c’est le fait qu’il nous permette de faire une véritable thérapie de couple. Il nous a permis non seulement de traiter la problématique sexuelle mais aussi de nous apprendre à mieux communiquer et à davantage se rapprocher.

Maintenant lorsqu’il y a de la frustration chez l’un ou chez l’autre, nous n’hésitons pas à communiquer et trouver des solutions, ensemble. Le vaginisme est un trouble sexuel certes, mais sur le long terme il peut affecter le couple. Mais nous avons surmonté cela et aujourd’hui notre couple est plus solide que jamais.

Qu’est-ce qui a changé en elle?

Ma femme est beaucoup plus épanouie qu’auparavant. Le fait de s’être libérée de ce lourd poids lui a vraiment permis de révéler la femme qui sommeillait en elle. Je la sens plus confiante, plus apaisée et plus optimiste. La guérison du vaginisme a fait sauter les verrous qu’il l’empêchait d’être elle-même.

Que conseillerais-tu aux hommes qui ont des partenaires qui souffrent de vaginisme?

Je conseillerais à ces hommes de faire preuve de beaucoup de patience et de compréhension. Le vaginisme n’est pas une situation qui se choisit et c’est la raison pour laquelle il est important qu’ils soutiennent leurs compagnes.

Elles ne doivent pas traverser cette épreuve seules donc je leur conseillerai également de s’impliquer dans le parcours de guérison.

Que conseillerais-tu aux femmes qui souffrent de vaginisme?

Je leur conseillerai de ne pas rester seules dans leur coin et d’en parler à des professionnels qui maîtrisent la problématique du vaginisme.

Qu’elles fassent le choix de s’inscrire au programme ou non, le plus important est qu’elles prennent conscience que le vaginisme est un trouble qui se guérit et qu’en consultant les bons spécialistes elles peuvent s’en sortir. Et le plus important à retenir : Guérissez d’abord pour vous-mêmes.