Comment traiter les douleurs pendant les rapports?

Les rapports sexuels sont censés être plaisants mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Pour certaines femmes, c’est l’extase. Mais pour d’autres, les rapports riment avec douleur. C’est peut être ton cas. Ne t’inquiète pas, tu n’es pas la seule dans ce cas.

D’après un article de l’Association Française de l’Urologie (AFU), la dyspareunie (terme utilisé pour désigner les douleurs ressenties durant les rapports sexuels) toucherait entre 9,3 à 15,5 des femmes de 18 à 60 ans.

Avant cela, je dois éclaircir certains points par rapport à la dyspareunie.

Il faut savoir qu’il existe deux types de dyspareunie en fonction de leur moment d’apparition :

  • Si tu as commencé à ressentir des douleurs dès le début de ta vie sexuelle, on parle alors de dyspareunie primaire.
  • Par contre, si tu as commencé à ressentir des douleurs après une période durant laquelle ta sexualité était satisfaisante, on parle alors de dyspareunie secondaire.

On distingue aussi deux types de dyspareunie en fonction de leur intensité :

  • Si tu ressens des douleurs à chaque rapport sexuel, on parle de dyspareunie globale

Par contre, si tu ressens des douleurs dans certaines circonstances (dans certaines situations) et pas dans d’autres (avec certains partenaires), il s’agit de dyspareunie situationnelle

Avoir mal durant les rapports est très difficile à vivre. Les douleurs sont physiques certes, mais sur le long terme peuvent avoir un réel impact sur le plan psychologique. Celles-ci peuvent même créer une réelle peur de la pénétration. Mais la dyspareunie se guérit.

  

Dyspareunie : Profonde ou superficielle?

Sache qu’en fonction de la localisation de la douleur, on classe les dyspareunies en deux catégories :

  • les dyspareunies superficielles
  • les dyspareunies profondes

Les dyspareunies superficielles se caractérisent par les douleurs ressenties dès le début de la pénétration, à l’entrée du vagin.

Les dyspareunies profondes se caractérisent par les douleurs ressenties à l’intérieur du vagin.  

Les dyspareunies superficielles se caractérisent par les douleurs ressenties dès le début de pénétration, à l’entrée du vagin. Les dyspareunies profondes se caractérisent par les douleurs ressenties à l’intérieur du vagin.

Les dyspareunies : Les causes possibles

Si tu ressens des douleurs au moment de la pénétration, c’est qu’il y a forcément une ou plusieurs causes en jeu. Ces causes se distinguent en deux catégories : les causes physiques et/ou physiologiques et les causes psychologiques. 

Parmi les causes physiques figurent :

☞ Les causes infectieuses comme :

  • l’herpès génital
  • les mycoses
  • les IST
  • les vulvovaginites

Leurs principaux symptômes sont des démangeaisons et une sensation de brûlure

☞ Les causes inflammatoires comme :

  • la vulvodynie
  • la vestibulodynie
  • la cystite

Leurs principaux symptômes sont une sensation de brûlure et d’irritation au niveau de la vulve, à l’entrée du vagin et au niveau de la vessie

☞ Les causes dermatologiques comme :

  • Le lichen plan
  • La maladie de Lichen
  • L’eczéma
  • Le papulose Bowenoide

Leurs symptômes principaux sont des démangeaisons, des  lésions blanchâtres ou jaunâtres au niveau de la vulve et des douleurs à l’entrée du vagin.

☞ Les causes hormonales comme :

  • l’atrophie vaginale
  • la ménopause
  • la sécheresse vaginale

Leurs principaux symptômes sont des irritations et des sensations de brûlure. Il faut noter que l’atrophie vaginale apparaît dans la majorité des cas à la ménopause

☞Les causes anatomiques comme :

  • l’endométriose
  • un kyste ovarien
  • un utérus rétroversé
  • des fibromes utérins
  • un stérilet qui s’est déplacé

Leurs principaux symptômes sont le plus souvent des douleurs vives au fond du vagin.

☞ les causes post-opératoires telles qu’une déchirure survenue à la suite d’un accouchement 

Parmi les causes psychologiques figurent :

☞ Le stress et l’anxiété

☞Une peur de la pénétration

☞Le vaginisme (vous pouvez retrouver l’article que j’ai écrit à ce sujet en cliquant ici)

☞Des traumatismes sexuels et/ou gynécologiques/obstétricaux passés

☞Une baisse de libido

☞La dépression

Leurs principaux symptômes sont de vives douleurs ressenties à l’entrée du vagin. Souvent, ces douleurs sont dues à une contraction réflexe des muscles qui entourent le vagin.

Lorsqu’une femme consulte pour cause de dyspareunie, la piste physique et/ou physiologique est privilégiée. Le but est de déterminer s’il n’y a pas de malformation au niveau génitale, d’infection ou de maladie.

Cependant, la piste psychologique, quant à elle, est très souvent négligée. Certains spécialistes prescrivent à tort des crèmes anesthésiantes ou préconisent même des opérations chirurgicales pour “élargir” le vagin sans chercher à savoir si la source de la dyspareunie n’est pas psychologique

Tu peux ressentir des douleurs au moment de la pénétration par manque de lubrification, à cause d’une infection ou parce que ton partenaire est trop brutal. Mais peut-être que tu as mal pendant la pénétration car tu as développé une peur de la pénétration.

En fonction de ton histoire (traumatismes sexuels antérieurs, croyances limitantes sur la sexualité, méconnaissance de son corps, éducation sexuelle taboue, accouchement traumatisant etc…), peut-être que tu perçois la pénétration comme un réel danger, une intrusion dans ton intimité.  

Il existe aussi des sources de dyspareunie dont on ne sait pas vraiment si la cause est physique ou psychologique : c’est le cas de la vulvodynie et la vestibulodynie. La vulvodynie se caractérise par une douleur chronique (présente depuis plus de 3 mois) localisée au niveau de la vulve.

Elle se manifeste avec ou sans contact. Avant même la pénétration (par le doigt, le pénis, le tampon ou le spéculum), la femme qui en souffre ressent déjà des douleurs au niveau de la vulve.

Lorsque cette douleur est localisée à l’entrée du vagin (au niveau du vestibule) la vulvodynie prend le nom de vestibulodynie ou vestibulite vulvaire.

Ces deux sources de dyspareunie demeurent encore méconnues du monde médical mais elles peuvent tout de même se soigner.

Peu importe la ou les causes que tu as pu déterminer dans cet article. Sache qu’avoir mal pendant les rapports n’est pas normal.

Les dyspareunies : Comment les traiter?

Les causes de dyspareunie sont multiples et il n’existe pas de traitement à proprement dit pour en venir à bout. Mais il existe tout de même des solutions pour les soigner. Il est très important d’avoir une approche disciplinaire.

Il ne faut donc surtout pas hésiter à consulter des spécialistes simultanément.

Dans le cas d’infections (IST, mycose, herpès génital, vulvovaginites etc…) un traitement antibiotique ou (antifongique) te sera prescrit par ton médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme.

Si la cause hormonale (ménopause, atrophie vaginale, sécheresse vaginale, après l’accouchement) est avérée, un traitement te sera également prescrit généralement sous forme de crème à appliquer localement ou sous forme de comprimés.

Si la cause psychique (vaginisme, stress, anxiété, baisse de libido, traumatismes) est avérée, il faudra avoir une approche à la fois psychologique et physique.

Pour cela, tu pourras :

  • entreprendre une psychothérapie chez un psychologue ou un sexologue
  • entreprendre une sexothérapie chez un sexothérapeute
  • consulter un hypnothérapeute s’il y a éventuellement des traumatismes (viols, attouchements, agressions, violences gynécologiques ou obstétricales)

Tu pourras également :

  • entreprendre des séances de rééducation périnéale chez un kinésithérapeute ou une sage-femme
  • te procurer des dilatateurs vaginaux qui vont t’aider à détendre progressivement les muscles de ton périnée
  • faire des massages du périnée 

Si la cause anatomique est avérée (l’endométriose, un kyste ovarien, un utérus rétroversé, des fibromes utérins, un stérilet qui s’est déplacé), la chirurgie est une piste à privilégier.

La sexualité est censée procurer du plaisir. Si elle vous procure de la souffrance, c’est qu’il y a un problème et vous devez impérativement consulter. Je sais que la plupart d’entre vous n’osent en parler à personne ou aller consulter par honte. Mais laissez-moi vous dire que le meilleur moyen de sortir de sa souffrance c’est de reconnaître qu’elle existe et demander de l’aide. 

À retenir : Que la cause de dyspareunie soit physique ou psychologique, il est tout à fait possible de consulter plusieurs spécialistes à la fois.

Si une consultation ne se déroule pas bien avec un spécialiste, n’hésitez pas à en consulter un autre. Vous souffrez et vous méritez de trouver des solutions auprès de spécialistes bienveillants.

N’hésite pas à me faire part de tes impressions dans les commentaires.

Je t’invite aussi à partager massivement cet article autour de toi afin que d’autres femmes puissent le lire et trouver des solutions pour se débarrasser de leur dyspareunie!

 

À bientôt!

Article rédigé par Monica G