Comment les femmes qui appliquent la méthode “je guéris du vaginisme  ® ” parviennent-elles à guérir en moins de 3 mois?

“Guérir du vaginisme en moins de 3 mois? Im-po-ssi-ble!”

“Ça relève clairement du miracle”

“Je guérirai en minimum 1 an si tout se passe bien”

“C’est trop beau pour être vrai”

“Est-ce que cette méthode marche vraiment?”

Non seulement c’est tout à fait possible mais c’est vrai. Et je ne suis pas la seule qui peut en témoigner. Depuis la création du programme, nous sommes plus de 200 femmes, y compris moi, à avoir guéri définitivement du vaginisme grâce à ce programme.

Je sais que la plupart d’entre souffrez de vaginisme depuis plusieurs mois voire plusieurs années et se débarrasser de quelque chose qui a perduré dans le temps n’est pas une mince affaire.

Comment cette chose que je me traîne depuis des mois /années peut-elle  disparaître en moins de 3 mois?

C’est ce que je me disais au départ mais je me suis inscrite et aujourd’hui je peux affirmer que c’est tout à fait possible.

Qu’est-ce qui m’a motivé à m’inscrire?

Ce qui m’a véritablement motivé à m’inscrire ce sont les témoignages vidéos. Le fait de constater qu’il y avait des femmes qui avaient réellement testé la méthode et qui avaient guéri en moins de 3 mois m’avait vraiment mis en confiance.

Vous vous demandez alors comment la méthode “ je guéris du vaginisme ®  “ permet de tels résultats et c’est ce que je vais vous détailler dans les prochaines lignes.

  1. L’état d’esprit est branché sur le mode “Je vais guérir en moins de 3 mois” dès l’appel diagnostic

 

L’état d’esprit est une composante très importante de la méthode « je guéris du vaginisme » et elle doit l’être dans la vie de tous les jours. En effet, c’est notre état d’esprit qui détermine notre réussite et notre échec. Si notre état d’esprit est tourné vers l’échec alors nous allons inconsciemment nous conditionner à l’échec. Par contre, si notre état d’esprit est tourné vers la réussite alors inconsciemment nous allons nous conditionner à la réussite.

 

C’est généralement après l’appel diagnostic qu’on sait déjà vers quoi notre état d’esprit va se tourner. Cet appel diagnostic (voir article sur appel diagnostic) n’est pas un appel anodin. C’est un appel déterminant dans le processus de guérison car on va s’ouvrir, certes à une inconnue, mais contrairement à tous les spécialistes qu’on consulte, cette inconnue sait ce qu’on ressent et connaît déjà notre histoire.

 

Après cet appel, on se sent généralement plus confiantes, plus sereines par rapport à notre guérison. Cet état esprit qui est porté vers la réussite est renforcé par le suivi dont bénéficient les femmes qui ont participé ou qui participent au programme car elles ne mènent pas leur combat seules.

 

2. Le suivi est en béton armé

Comme je l’avais déjà expliqué dans mon article sur l’accompagnement,  le suivi permet d’avoir un cadre rassurant et de progresser rapidement dans le processus de guérison. 

Les femmes qui vous accompagnent sont des femmes qui ont déjà vécu le vaginisme, et par conséquent vous comprennent. C’est cet aspect qui manque cruellement lorsqu’on se rend chez une sage-femme, un gynécologue ou un sexologue qui maîtrisent ou pas  le vaginisme car ils n’ont de toute façon pas vécu l’expérience dans leur chair. Et c’est souvent pour cette raison que beaucoup de femmes vivent pendant des années avec le vaginisme car elles n’ont pas reçu l’écoute, le soutien qu’elles méritaient auprès du système médical.

 

Le fait d’être accompagnée par des personnes qui connaissent ce que vous ressentez, ce que vous vous imaginez et qui comprennent vos peurs et vos blessures, vous fera guérir plus rapidement.

 

Comment cela se fait-il?

 

Il n’y aura pas de jugement. Pas de « c’est dans la tête ». Pas de « il faut juste te/vous détendre ». Pas de « peut-être que c’est parce que tu n’aimes/vous n’aimez pas suffisamment ton/votre copain/ fiancé/ mari ». En bref, toutes ces petites remarques assassines qui retardent considérablement notre guérison.

 

Il n’y aura que du soutien, de l’amour et de la compréhension.

 

3. La méthode “je guéris du vaginisme ® “ beaucoup plus qu’une guérison du vaginisme : un véritable parcours  initiatique vers une guérison intérieure

L’enjeu du programme va bien au-délà de parvenir à avoir une sexualité épanouissante. Il a également pour enjeu de nous faire devenir la femme qu’on a toujours rêvé d’être, la vraie nous. Et il a aussi pour vocation de nous faire découvrir notre mission de vie. Ce pour quoi nous sommes venues dans ce monde.

 

Comment celles-qui s’inscrivent au programme parviennent à guérir rapidement?

 

Elles y parviennent par une introspection, un travail profond sur elles-mêmes,  un voyage intérieur durant lequel elles se guérissent  d’abord elles-même. Un voyage durant lequel, elles se (re)connectent à l’enfant blessé qui n’a jamais reçu l’amour et l’attention qu’il méritait. Un voyage durant lequel, elles pardonnent et réparent les plaies causées par les personnes en qui elles avaient confiance et qui en ont abusé. Un voyage durant laquelle elles réapprennent à connaître leur corps et à l’aimer

 

Un voyage intérieur durant lequel elles se détachent de tout ce qu’on leur a dit de négatif sur la sexualité pour avoir leur propre image de ce qu’est la sexualité.

Guérir du vaginisme c’est aller à la rencontre de soi-même et tant que cette rencontre n’a pas eu lieu, le vagin (qui est un messager) ne pourra s’ouvrir.

 

J’espère que cet article vous a plus et qu’il vous aidera dans votre processus de guérison ! 

 

Je vous invite à écrire en commentaire si guérir en moins de 3 mois vous semble maintenant envisageable et si non, pourquoi. 

 

Je vous invite à partager cet article autour de vous afin que d’autres femmes puissent le lire et trouver la motivation pour guérir!

Pour en savoir plus sur le programme qui m’as aidé à guérir : cliquez ici 

À bientôt !

Article rédigé par Monica G 

Profitez de -30 % sur les dilatateurs de la marque velvi avec le code CBOKG sur le site velvi.fr