Cadeau empoisonné

Le vaginisme est une contraction involontaire des muscles du plancher pelvien. La pénétration vaginale est donc très douloureuse voire même impossible. Pour certaines personnes, au-delà de cette définition, la pénétration vaginale est perçue comme un cadeau empoisonné.

Cadeau empoisonné : « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ».

Nous avons toutes rêvé de ces fins heureuses, dignes des véritables contes de fée. Pourtant, dans certains cas, le rêve ne semble pas aussi simple à réaliser qu’il en a l’air. Non pas par incapacité de procréer mais par peur de livrer son corps à son partenaire.

Sarah a naturellement souhaité unir son corps à celui de son partenaire, celui qu’elle a choisi. Donc, lors d’une soirée en apparence ordinaire, se laissant noyer dans l’ambiance tiédie de la nuit, Sarah était sur le point de faire l’amour pour la première fois. Tout était au rendez-vous pour découvrir les joies de la sexualité avec son partenaire et se sentir femme dans tous les sens du mot. Seulement, tout ne se passe pas comme prévu. Un acte qui devait être fait le plus naturellement du monde, se révèle être un véritable supplice pour ces deux tourtereaux. Elle ne comprend pas. Pourtant, tout a l’air de bien fonctionner. Cette nouvelle vient la secouer dans ses certitudes. C’est l’hécatombe pour Sarah qui ne comprend pas pourquoi son corps n’est pas réceptif à la pénétration

Une série de questions défile dans sa tête déjà habitée par la frustration. « Qu’est-ce qui m’arrive » ? « Serais-je condamnée à ne jamais vivre ma sexualité » ? Il est malheureusement difficile de répondre à ce genre de questions lorsqu’on est novice en la matière et lorsque l’on ne connaît pas son corps. C’est encore plus difficile lorsque le partenaire ne nous comprend pas et pense tout simplement ne pas être désiré. Mais en phase avec sa génération, Sarah ne compte pas s’apitoyer sur son sort. Elle se permet donc quelques recherches sur internet où d’article en article, elle parvient enfin à mettre un nom sur ce qui lui arrive. Le verdict est tombé ! Sarah souffre de vaginisme.

Des femmes comme Sarah, il y en a des millions et des millions mais il existe seulement une poignée qui demeure consciente de souffrir de vaginisme. Parmi cette poignée, très peu connaissent les causes de cette contraction de muscles qui les empêche de se faire pénétrer. En général, les victimes souffrent de blocage psychologique qui puise son origine dans leur passé, lointain ou proche : une enfance tourmentée, un mal-être étouffé ou tout simplement à cause d’une éducation sexuelle inexistante. En général, les vaginiques ont grandi dans un milieu culturel où le sexe était un sujet très tabou. Elles n’ont donc reçu aucune information qui pourrait les aider à vivre naturellement leur sexualité.

Cadeau empoisonné

Cadeau empoisonné : « On a l’impression que le monde s’écroule »

Apprendre que l’on souffre de vaginisme peut se révéler être un terrible choc mais ce n’est guère la fin du monde. Au contraire, c’est le début d’un monde nouveau et orné d’espoir. L’espoir de pouvoir enfin vivre sa sexualité sans avoir à appréhender cette épreuve, quelques heures, quelques minutes plus tôt. En effet, c’est le tout premier pas vers la guérison car rappelons-le, le vaginisme relève autant du domaine psychologique que physique. La vaginique se heurte non seulement à des barrières psychologiques mais pire encore, elle ressent des douleurs du fait de la contraction de ses muscles. A partir de cet instant, on commence peu à peu à comprendre ce qui nous arrive et à se libérer des chaînes de l’angoisse et du tourment. Il faut surtout éviter de tomber dans la fatalité et de se sentir condamnée. Il faut se sentir plus forte que jamais pour guérir. Il faut se dire que la guérison peut certes être compliquée mais pas du tout impossible.

Cadeau empoisonné : Conseil Santé

Lorsque l’on se rend à une adresse inconnue, on fait l’effort de regarder l’itinéraire, le moyen de transport qui nous y mène et même parfois, le temps de trajet que l’on doit faire avant d’arriver à destination. Bref, on se renseigne un tant soit peu pour ne pas se perdre en pleine route. Eh bien le schéma reste le même lorsque l’on est vierge et qu’on est sur le point de faire l’amour pour la toute première fois. Comprenons par là qu’avant le tout premier rapport sexuel, on doit connaître un tant soit peu son corps. On doit connaître la cartographie de ce dernier et ce processus ne se fait pas en un jour. D’une personne à une autre, ce processus prendra le temps qu’il faudra pour lui permettre de se réconcilier avec son corps et d’être en harmonie avec lui. Pour ce faire, n’hésitez pas à faire appel à une coach en vaginisme qui saura vous aider à mettre le doigt sur le problème et par la suite vous montrer le chemin de la guérison.